Rencontre avec Damien ou la pairémulation en action !

Damien est venu rencontrer quelques jeunes du SAEA pour faire part de son expérience depuis sa sortie du Dispositif à ses 20 ans, en Juin 2019.

" Lorsque je suis sorti de l'IME, je suis resté 6 mois sans travailler. J'étais suivi par la Mission Locale, Pôle emploi et des boîtes d'intérim".

Damien a pu expliquer ce qu'il faisait en intérim et en quoi cela consiste, il a détaillé ses missions.

Les jeunes du SAEA ont appris quels étaient les différents moyens d'intégrer le monde du travail, mais comme l'a souligné Damien:

"Si tu restes chez toi à rien faire, rien ne se passe. Tu peux rester toute la journée sur ta console mais c'est pas la vraie vie. Il faut être courageux, si tu veux réussir ta vie et gagner ta vie, c'est que en bossant."

Damien raconte qu'après plus de 6 mois à faire des missions en intérim et poursuivre son accompagnement avec la Mission Locale (MiLo), celle-ci l'a contacté pour passer un entretien dans une brasserie qui recherchait un apprenti.

Il a ensuite pu intégrer l'école des métiers (CFA La Noue) en septembre 2020 pour suivre une formation dans la restauration et obtenir un CAP. Damien est logé dans un studio qu'il loue à l'école des métiers. A la différence de l'internat, il peut même y rester les we, et il y a un gardien toute la nuit.

« J’ai fait toutes les démarches avec l’assistante sociale de l’IME pour avoir une curatelle renforcée. Au début je n’en voulais pas parce que j’ai eu peur qu’elle prenne tout l’argent pour elle et que j’ai le droit de toucher à rien(…) Aujourd’hui, je sais qu’elle va m’aider à payer mon loyer, à mettre de l’argent de côté ».

« J’ai aussi un SAVS* (Service d’Accompagnement à la Vie Sociale) depuis 2 mois. La personne vient à ton domicile. Elle va m’aider à trier les papiers chez moi, parce que je ne sais pas trop ranger ».

Qu’est que tu dirais aux jeunes pour préparer au mieux la sortie de l’IME ? Quels conseils leur donnerais-tu ?

« Avant de sortir, essaie de chercher un patron au plus vite, prends ton autonomie pour vivre la vie que tu veux. (…) Les éducs étaient toujours là pour m’aider et quand je suis sorti, je me suis senti bête car les éducs ne seront pas toujours là. Tu vas sortir, tu vas être seul. Y’a plus d’éducs pour te dire ce que tu dois faire, et ça, ça a été très dur pour moi au début. C’était angoissant. Et puis j’ai quelqu’un de ma famille qui est venu m’aider. »

« Prévois tout avant, trouve un endroit où tu vas travailler, trouve un logement ».

Est-ce que tu penses que si tu avais eu 6 mois de plus à l’IME, cela aurait changé quelque chose pour toi ?

« Pas vraiment parce que même si vous me disiez que l’accompagnement allait s’arrêter, je ne réalisais pas (…). Il m’a fallu du temps pour réaliser que je n’étais plus à l’IME…J’étais arrivé en 2008 et jusqu’en 2019, ça fait long ».

Est-ce que la sortie de l’IME t’a donné un « coup de pouce » pour te lancer dans ton projet ?

« Oui, ça m’a mis la motivation. Il faut avoir le courage de sortir de chez soi. Si tu restes chez toi à rien faire, rien ne se passe. Tu peux rester toute la journée sur ta console mais c’est pas la vraie vie. Il faut être courageux, si tu veux réussir ta vie et gagner ta vie, c’est que en bossant ».


Damien a pu expliquer qu’il n’est pas facile de gérer le quotidien, et davantage le côté financier. Grâce à l’accompagnement des services de droit commun, il a pu trouver des solutions pour se loger mais également pour se nourrir. C’est ainsi qu’il a pu bénéficier de l’épicerie solidaire : « c’est comme la petite boutique mais pour la nourriture. C’est en parlant avec ma conseillère de la mission locale que j’ai découvert ça. J’ai trouvé une assistante sociale près de chez moi qui m’aide à trouver des aides financières, comme des chèques repas pour que je puisse manger le midi ».

« C’est dur de tout gérer seul, je ne peux pas tout gérer en même temps ».

Nous avons posé cette question aux jeunes qui étaient présents à cette rencontre : Que vous a apporté cette rencontre, qu’en avez-vous retenu?

Lucas : « Ca va m’aider à comprendre ce qui m’attend à la sortie. Mais j’ai Activ’Pro et la MiLo ».

Louis : « Il faut commencer à préparer la sortie, là, je viens de passer un entretien pour faire un CAP espaces verts ».

Hugo 1 : « Il faut se bouger, si tu ne te bouges pas, t’as rien ». « Il faudrait faire ces rencontres plus souvent ».

Dylan : « Se projeter dans l’avenir ».

Hugo 2 : « Il faut se débrouiller par soi-même. On peut avoir des aides comme avec pôle emploi, la MiLo ».

Florian : « Pour le moment, je ne pense pas à l’après IME ».

groupe jeunes

groupes jeunes 2

Une dernière question pour toi Damien : Est-ce que selon toi, il faut croire en son projet ?

« Oui, il faut se mettre à fond dans son projet, si c’est ça que tu veux faire, comme moi, la cuisine, la restauration, il ne faut pas lâcher. Même si tu sors de l’IME, il faut avoir un projet bien fixé et y croire ».

 

« Ce que m’a apporté l’IME, c’est l’autonomie » (Damien).
« Ce que m’a apporté l’IME, c’est l’autonomie » (Damien).

 

MERCI à Damien d’être venu au bureau du SAEA pour échanger sur son expérience sociale et professionnelle avec quelques jeunes, et merci à eux d’avoir pu rendre cette rencontre interactive.

Pour l’équipe éducative du SAEA,  Chloë Garrouste, Adeline Millot-Monin et Guylaine Dick

Partager l’article
Publié le 05/07/2021

à lire également

Le Grand Dej' des Associations

Lire la suite

VYV Festival : nous serons présents !

Lire la suite

Projet violence au pôle enfance

Lire la suite