PORTRAIT DU MOIS - À LA DÉCOUVERTE DE ARNAUD EME

Interview d’Arnaud EME travailleur de l’ESAT Habilis (site du Goéland, atelier imprimerie) par Fatima FIGUEIREDO (travailleuse de l’ESAT Habilis, site du Goéland) pour la revue associative "Solidaires".

Arnaud EME, a 52 ans, il vit en couple et a deux enfants. Il travaille au sein de l'ESAT Habilis depuis 8 ans.

Solidaires : Antérieurement quels étaient vos projets professionnels ?

Mr Eme : Après avoir eu mon bac à Pré-Saint-Gervais (Paris), j'ai suivi des cours de physique chimie à la faculté d’Aix-Marseille ; je n’ai pas réussi à obtenir le DEUG (Diplôme d'Études Universitaires Générales). J'ai changé d'orientation pour obtenir un BTS (Brevet de Technicien Supérieur) de chimiste.

Solidaires : Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à changer votre parcours ?

Mr Eme : Suite à un surmenage intellectuel et un échec affectif, j'ai sombré dans une grave dépression qui a duré plusieurs années.

Solidaires : Pourquoi vous êtes-vous tourné vers le milieu protégé ?

Mr Eme : J'étais dans l'incapacité de m'adapter dans le milieu ordinaire.

Solidaires : Quel jugement portez-vous sur ce dernier ?

Mr Eme : J’ai eu le ressenti que dans le milieu ordinaire ils étaient moins empathiques et moins reconnaissants. Parfois même intolérants et individualistes.

Solidaires : À quelle date avez-vous intégré l'ESAT ?

Mr Eme : Je suis rentré en ESAT en juillet 2012.

Solidaires : Que vous a-t-il procuré ?

Mr Eme : Je bénéficie d'une rémunération grâce à mon travail. J’ai trouvé un équilibre de vie grâce à mon travail. Je jouis d'une stabilité économique et sociale. J'ai rencontré ma compagne sur mon lieu de travail. J'ai deux enfants.

Solidaires : Quelles sont vos tâches au sein de l'atelier imprimerie ?

Mr Eme : Je fais de l'impression numérique. J'assemble et j'agrafe des carnets. Je fais des coupes au massicot et différentes tâches d'imprimerie.

Solidaires : Quelles sont les relations que vous entretenez avec vos collègues ?

Mr Eme : Nous sommes tous issus d'origines et de parcours différents. Nous avons tous des difficultés avec des pathologies singulières, cela ne nous empêche pas d’être proches les uns des autres et d’avoir une bienveillance entre nous.

Solidaires : Comment jugez-vous l’accompagnement au sein de l'ESAT et les soutiens médico-sociaux ?

Mr Eme : Les encadrants s'adaptent à nos handicaps et nous aident à nous stabiliser psychiquement. Une fois stabilisés, ils peuvent contribuer à nous réinsérer dans le milieu ordinaire pour ceux qui en ont le souhait mais surtout nous permettre de rester à l’ESAT dans de bonnes conditions. Dans tous les cas et d'une manière générale, les parcours sont déterminés par l'éducation et l'environnement qui forgent le caractère de l'individu et définissent ses choix futurs. Le travail est un milieu d'épanouissement socio-économique et familial.

Interview par Fatima FIGUEIREDO Travailleuse de l’ESAT Habilis

Partager l’article
Publié le 20/01/2021

à lire également

Présentation de l'équipe d'appui à la Scolarisation

Lire la suite

Au CAMSP de Sens, la salle Snoezelen au service des enfants

Lire la suite

Concours Photo Intergénérationnel

Lire la suite