Nouba, la chienne qui permet de soulager le stress des résidents pendant le confinement

 

Depuis leur création, il y a maintenant plus de 30 ans, les MARPA ont toujours accepté que les animaux trouvent une place en leur sein.

Les hommes et les femmes qui faisaient le choix de quitter leur maison se posaient la question du devenir de leur compagnon. Nous leur avons permis de ne pas faire ce choix de séparation et de pouvoir venir avec leur chien, chat, parfois oiseaux et poissons. Cette possibilité c’est révélée bien souvent facilitatrice d’entrée en établissement.

Depuis quelques années, les MARPA des PEP CBFC ouvrent également leurs portes à des animaux Marpasiens. Ceux-ci font partie intégrante des structures.

Devant l’impact non négligeable et positif de ces relations animal/résident, nous avons réfléchi un projet de plus grande envergure autour de la médiation animale.

Ainsi, nous avons trouvé les financements pour former une à deux personnes par structures (salariés et bénévoles) à la médiation animale via l’association AZCO.

Nous avons ensuite organisé des activités en partenariat avec des écoles, des associations, des acteurs du territoire autour de ce thème et toujours sous le regard bienveillant et professionnel d’AZCO.

Ainsi, des perruches sont venues voler de résidents en résidents lors d’une intervention, une chienne et ses petits a investi les salles des Marpa et même un cheval est venu rappeler les années de travail aux gens de la terre. Ce dernier échange avec un animal imposant a été spectaculaire en terme de souvenir, de joie et d’originalité.

Si deux MARPA sur trois accueillaient déjà des chiens, la MARPA de Talmay en était dépourvu et le besoin se faisait pressant.

Deux expériences, l’une d’un accueil d’un chien « d'accompagnement social » au sein de la structure pendant une période de vacances (et oui les chiens qui travaillent ont eux aussi droit aux vacances !) et l’autre via les échanges avec une bénévole de l'association Handi'chien (association de formation de ces chiens) nous ont fait nous orienter sur ce choix plutôt qu’une simple adoption.

Ainsi, la MARPA de Talmay fin 2019 a adopté une chienne prénommée Nouba par l’intermédiaire de l’association Handi'chien.

La responsable Sandrine Cottaz a soumis un dossier définissant le cadre et les besoins d'intervention d'un chien "social" au sein de la structure. Ce dossier a permis de faire le choix de Nouba selon ses traits de caractères en adéquation avec les résidents de la MARPA. Sandrine Cottaz a bénéficié de 10 jours de formation afin d'apprendre les différentes "commandes" auxquelles Nouba peut répondre, les soins à lui prodiguer et comment bien la nourrir.

Nouba a été accueillie 18 mois dans une famille chargée de l'éduquer. Elle est ensuite restée 6 mois dans un centre spécialisé qui ne forme que des chiens sociaux à destination de personnes seules et fragiles, d'établissements sociaux ou pour du travail judiciaire auprès d'enfants victimes d'abus.

Aujourd'hui Nouba qui a intégré la MARPA depuis Novembre 2019 remplit pleinement son rôle de lien social. Sandrine Cottaz met en place des ateliers toutes les semaines : les résidents font travailler Nouba, la soigne et lui donne à manger. 

Beaucoup d’activités de la vie quotidienne sont réfléchies et articulée avec l’intervention de notre travailleur social à quatre pattes. Une fluidité et un bien être évident en ressorte lors d’interventions parfois difficiles.

L’idée est de formé l’ensemble de l’équipe et des bénévoles à la mise ne place d’activités et surtout à une bonne prise en main de la chienne.

Malheureusement, le confinement a repoussé cette formation.

Cependant, cette situation particulière liée au Covid qui génère des angoisses a permis de donner toute la dimension positive à la place de Nouba qui permet d’extérioriser et de canaliser bien des sentiments négatifs. 

Pendant cette période, l’intervention de Nouba s’organise comme suit :

  • Sandrine Cottaz organise une tournée journalière le matin chez chaque résident. L'arrivée de Nouba dans les appartements déclenche systématiquement sourire et bien être. 
  • Un planning de soins a été organisé afin que chacun puisse la nourrir et la brosser, ainsi les résidents doivent mémoriser les commandes pour faire obéir la chienne. Le brossage permet quant à lui une motricité fine et la personne en charge de le réaliser oublie ses douleurs à ce moment là.
  • Sandrine Cottaz organise également et avec toutes les mesures barrières des petits groupes de travail les après-midi. 

Ainsi, Nouba qui est aujourd'hui confinée au sein de la MARPA au même titre que les résidents apporte de vrais valeurs et bénéfices au résidents. Sa présence et prise en charge pour et par les résidents permet de conserver une organisation journalière autour de rituels rassurants. Cela fixe des objectifs et stimule les capacités cognitives.

Nouba ouvre un large champs à la communication et au lien social. Elle peut même amener à faciliter l'aide à la toilette et au levé du matin. 

De par la présence de Nouba, Sandrine Cottaz constate un véritable aspect positif par la "décharge de l'anxiété du confinement". 

Même si l'arrivée de Nouba n'avait pas été en lien avec celle du COVID-19, elle permet vraiment d'apporter un véritable plus dans l'accompagnement spécifique en cette période compliquée.

Ainsi, notre conclusion sera que la présence des animaux au sein des MARPA se confirment tant sur le plan du bien être que du maintien de l’autonomie.

Sophie DIAW, Coordinatrice MARPA

nouba_pepcbfc nouba_pepcbfc nouba_pepcbfc

nouba_pepcbfc nouba_pepcbfc

 

 

Partager l’article
Publié le 29/04/2020

à lire également

Journée festive pour le SESSAD HM de Saint-Georges-sur-Baulche

Lire la suite

Retour sur le concours PEP'Crivains

Lire la suite

Interventions sur les secteurs sociaux et médico-sociaux du DEL pendant le confinement

Lire la suite