Médiation par l'animal ou zoothérapie

Il est important de souligner la différence entre un chien visiteur, qui, dans les institutions, permet l’apaisement psychique et physique des personnes par sa présence rassurante, et le rôle du chien médiateur.
Qu’entend-on par médiation par l’animal ?
Déjà, avant 1960, Boris Levinson parlait de l’animal comme source de développement psychique et affectif, mais aussi moteur de l’enfant. La médiation par l’animal va faciliter l’accès aux projections de fantasme, d’angoisse par la voix que l’enfant va prêter à l’animal.

Nous avons rencontré Gaëlle Breton psychomotricienne et Marion Sévellec psychologue, toutes deux professionnelles au pôle Auxerrois-Migennois-Avallonnais. Elles partagent une passion commune pour les chiens et leurs bienfaits. Depuis avril 2022, elles animent un groupe thérapeutique de médiation par l’animal. Elles ont tenu à nous faire partager leur expérience. 

"C’est une longue histoire ! En arrivant au CMPP, il y a 7 ans, j’avais déjà l’idée de travailler avec mon chien comme médiateur" nous dit Marion. "La rencontre avec Gaëlle, ayant elle aussi un chien, nous a amenées à réfléchir ensemble sur la mise en place de séances de zoothérapie."

Convaincues de l’importance de cette approche, et soutenues par Didier Perrotin, directeur de l’institution, ce n’est qu’en mai/juin 2021 qu’elles peuvent suivre une formation à l’Institut Français de Zoothérapie à Velanne (Isère) : 2 semaines de formation théorique sur la médiation par l’animal au sens large (lama, cheval, âne, etc.) et une semaine avec leurs propres chiens Peach et Modjo. à l’issue, et après un mémoire, Marion et Gaëlle obtiennent leur certification d’intervenante en médiation par l’animal, et leur chien, la certification «chien médiateur». 

La phase suivante a été de présenter, en octobre 2021, à tous les professionnels du CMPP, cette approche inédite : un diaporama pour informer et une discussion (l’exercice de la médiation par l’animal en milieu institutionnel demande l’observation de règles élémentaires d’hygiène, de sécurité et d’éthique) pour rassurer les collègues.

Enfin la constitution d’un groupe thérapeutique avec médiation par l’animal a pu se faire, et a débuté en avril 2022. 
Pour qui : la médiation par l’animal permet une triangulation entre l’enfant, le thérapeute et l’animal. L’animal est un être vivant, doté de sentiments, non jugeant, qui permet à l’enfant de s’identifier par effet miroir. Grâce à lui, il est possible de travailler différentes problématiques de manière moins frontale. 

Indications : des enfants qui rencontrent des difficultés relationnelles (inhibition, repli sur soi, travail autour des émotions) besoin d’individuation (de se sentir sujet, autonomisation), travail autour de l’estime de soi, investissements particuliers du corps.
Contre-indications : allergies aux chiens, phobie canine, refus de la famille ou du jeune, violence envers les animaux. 
Comment :  le groupe débuté en avril est pressenti pour une durée de 6 mois. Il est constitué de 2/3 enfants, avec les 2 thérapeutes, chaque vendredi. Un chien participe à chaque séance. Du fait de leur personnalité différente (Peach, femelle, est de préférence dynamique et joueuse, Modjo, mâle, est plus protecteur, et plus affectif), les chiens n’interviennent qu’à tour de rôle, une séance sur deux…
Les séances de 45 minutes se composent d’un temps direct (les enfants avec le chien) et d’un temps indirect (où l’animal n’est pas sollicité et reste au calme, tandis que l’enfant fait un travail d’élaboration avec des supports (dessins, puzzle, memory, mots croisés, etc…). En effet, la mise en place d’un tel programme exige à la fois pour le thérapeute la connaissance de la lecture de l’animal et celle des problèmes vécus par les patients…  et du temps pour allier l’ensemble. Il faut donc compter les temps de préparation de l’animal avant la séance, et ensuite, une période de "reprise" de sa vie ordinaire de chien. Et ajouter le temps de réflexion des thérapeutes, le partage des informations observations, etc. 

Chacun son espace 

médiation_animale_pepcbfc                                 

En conclusion, Gaëlle et Marion, ne font pas encore de bilan. Le recul est trop court. Mais elles ont conscience que leurs collègues sont plus confiants. Des consultants n’hésitent plus à leur indiquer certains patients pour une approche groupale, mais aussi pour des prises en charge individuelles… 

Elles tiennent à préciser que le bien-être de leur chien est important : les 2 chiens sont à jour de leur suivi vétérinaire, et surtout, elles sont vigilantes à leur confort (eau illimitée et gestion de la nourriture) et à  leur vie "de chien" en dehors de la séance… 

Nous avons été intéressées par cette approche thérapeutique, et aussi très attentives à la réflexion précise et enthousiaste de ces deux professionnelles. Elles ont su nous montrer l’importance des valeurs et du sens que chacune met au cœur de son métier… 

Commission Solidaires de la délégation de l'Yonne

médiation_animale_pepcbfc

Partager l’article
Publié le 15/06/2022

à lire également

Le catalogue séjours automne-noël 2022 est sorti !

Lire la suite

A VOS AGENDAS // 18/11 : Handijob - les compétences au 1er plan

Lire la suite

Projet “Tous Européens, tous ! ”

Lire la suite