35 ans au CAMSP du Pôle Auxerrois Migennois

Dominique BOUTROLLE, médecin pédiatre, arrivée au CAMSP au moment de sa création, actuellement directrice médicale du CAMSP fait valoir ses droits à la retraite au 1er janvier 2022. Elle a bien voulu se prêter au jeu de l’entretien et évoquer ces 35 ans et les mutations de l’institution…

Naître du CMPP

« Après quelques années de fonctionnement, le CMPP réfléchit à prévenir les troubles psychoaffectifs et les difficultés d’apprentissage des enfants et souhaite intervenir en amont. Le CAMSP est donc créé en 1986. C’est dans ce contexte que le poste pédiatrique est ouvert, seul poste créé pour un petit temps au début. Tous les autres professionnels volontaires seront issus du CMPP et une partie de leur temps sera « redéployée » et dédiée au CAMSP.

L’irruption en salle d’attente d’enfants dont l’atteinte « saute aux yeux » a été un choc culturel pour l’équipe du CMPP. Elle recevait un autre public et mettait en œuvre une approche psychanalytique quasi exclusive dans l’analyse des situations des patients et de leur famille. Le soutien du Dr Privat, directeur médical et fondateur du CMPP, a été précieux pour cette évolution institutionnelle. »

Séparation et individuation 

« Prendre en compte le corps abîmé d’un enfant, son développement entravé, la souffrance de ses parents, a bousculé les pratiques du CMPP. C’est donc peu à peu que le CAMSP s’est « individué » du CMPP en se constituant une culture pédiatrique et psychologique particulière, ouverte à d’autres grilles d’analyse. 

Des convictions ont porté jusqu’à maintenant l’équipe CAMSP: accueillir toujours ; se mettre au service d’une rencontre entre des parents et un enfant que ses parents n’attendaient pas ainsi ; accompagner et partager les sentiments douloureux et violents que chacun traverse ; travailler toutes les situations en équipe entière pour élaborer une pratique « palliative » au service d’un nouveau projet de vie. »

Grandir et se développer - Mieux prêter attention à l’enfant tel qu’il est et aux parents, là où ils en sont.

« L’équipe CAMSP s’est ainsi structurée sur un ancrage médical fort, au rythme des synthèses hebdomadaires et dans l’approfondissement partagé des connaissances dans le champ diagnostique et thérapeutique. Il s’agissait de conserver la polyvalence, les fondamentaux du métier centré sur l’enfant, et de développer des spécificités qui stimulent la recherche et renouvellent l’envie, la créativité. Les rééducateurs, partageant leur temps entre CAMSP et CMPP, ont su transférer « leur cœur de métier » et toutes leurs médiations disponibles pour prendre en soin des enfants avec atteintes somatiques. Leur implication dans l’équipe a été déterminante. Ils ont tissé avec les psychologues volontaires les bases d’une culture propre. 

Il y a eu un processus d’acculturation réciproque et un enrichissement mutuel qui a façonné le CAMSP d’aujourd’hui et stimule sa recherche. La richesse du CAMSP Auxerre – Migennes tient à cet équilibre que les professionnels entretiennent entre une certaine polyvalence qui permet de faire face au plus grand nombre de situations « ordinaires » du CAMSP où les fondamentaux du développement sont sollicités, et une spécificité et une technicité qui répondent à des problématiques complexes. C’est ainsi que les psychomotriciennes restent en première ligne pour débrouiller la situation d’un jeune enfant « en retard ». Mais elles peuvent travailler avec un enfant cérébrolésé ou polyhandicapé ou TSA. Les orthophonistes initialement cantonnées dans la rééducation des retards de langage aux multiples facettes, ont développé une compétence spécifique pour les soins de très jeune enfant, voire de bébé avec troubles de l’oralité alimentaire. Grâce aux formations et aux lectures partagées, nous en avons compris l’impact sur le développement ultérieur du langage et de la parole. Compétentes pour évaluer la communication, les orthophonistes se sont engagées dans la mise en place d’outils de communication alternative (Makaton).

Les psychologues en CAMSP, tout en s’appuyant sur la culture psychanalytique initiale de la « maison », ont intégré la clinique du traumatisme. Cette double approche permet d’accompagner le vécu des enfants et d’en rendre compte, tout en soutenant les parents soumis aux chocs répétés des annonces du handicap et de ses conséquences. C’est ainsi que plus récemment des dispositifs d’accueil conjoint rééducateur - psychologue, sont proposés pour mieux prêter attention à l’enfant tel qu’il est et aux parents, là où ils en sont. »

Intégration de nouveaux métiers et une équipe pluridisciplinaire motivée

« Au fil des années, sont arrivées une collègue ergothérapeute, une neuropsychologue et une éducatrice jeunes enfants : nouveaux métiers, nouvelles approches, mais faire sa place n’est pas toujours simple !  Il faudrait aussi citer l’accueil en petits groupes de préparation à la première scolarité, le groupe « patouille », les mini équipes pluridisciplinaires EDAP, l’évaluation systématique du développement des anciens prématurés au Centre Hospitalier d'Auxerre, …

Le CAMSP a grandi avec des enseignants spécialisés, particularité et chance de cette greffe sur le CMPP. Depuis le début, ils se sont mis au service de l’intégration devenue inclusion scolaire des enfants, en soutenant leurs apprentissages souvent laborieux et en rencontrant leurs collègues des écoles où sont scolarisés ces jeunes patients. Même si, dans l’équipe, chacun est à même d’assister aux ESS et équipes éducatives, en soutien de la scolarité des enfants suivi, le partage culturel des enseignants reste un atout majeur pour notre CAMSP. Certains enfants malades ou en situation de HM peuvent même bénéficier d’une aide pédagogique à l’école.

Si l’ancrage médical est fort, la prise de conscience du retentissement social de la pathologie d’un enfant n’a cessé de croître au sein de l’équipe. L’assistante sociale incarne cette ressource « tout terrain » pour les familles, à l’heure où les complexités administratives ajoutent au désarroi de parents, perdus dans la jungle des sigles et des « papiers », pour faire valoir leurs droits.

Le CAMSP est certes une équipe pluridisciplinaire motivée mais qui ne pourrait rien sans la grande disponibilité d’une équipe administrative et d’un secrétariat médical qui assurent accueil, logistique en tout genre, planification des synthèses, des rendez-vous, et sécurité de travail, et des personnels d’entretien et de maintenance qui contribuent à la qualité du cadre de travail. Une équipe comme un orchestre où chacun , à son pupitre et à l’écoute des autres, met en musique un « accueil thérapeutique » dès le premier coup de fil d’inscription jusqu’à la dernière consultation d’au revoir. »

Quelques temps forts  - Au service de l’enfant et de sa famille  

Fin des années 80, ce sont les « premiers apprentissages manuels » grâce à la formation proposée par Gisèle Maisonneuve, kinésithérapeute parisienne, spécialisée dans le champ du handicap moteur. Elle est venue partager ses compétences avec des kinésithérapeutes volontaires de l’Yonne. Pendant plusieurs années le samedi après-midi, elle m’a initiée à l’appareillage qui se faisait dans la cuisine du sous-sol de notre établissement d’Auxerre. Grande époque des corsets siège et des orthèses en plâtre. Cette consultation d’appareillage s’est ensuite instituée tous les 15 jours avec des orthésistes parisiens.

Une collègue de l’accueil accompagnait les parents dans ce moment délicat où l’appareillage signe le handicap. A son départ à la retraite, c’est la collègue assistante sociale qui a pris le relais, occasion pour elle de tisser avec les parents et les enfants des liens précieux pour la constitution des dossiers MDPH.

De 2007 à 2015, la démarche qualité a réuni régulièrement toute l’institution. Elle a permis à chacun de prendre connaissance de nos fonctionnements institutionnels dans le détail, et de mesurer l’importance de l’engagement et de la place de chacun dans sa relation à ses collègues dans le processus de soin. Visibilité de notre chemin clinique spécifique CAMSP, élaboration partagée de notre projet d’établissement et travail à Paris avec le Dr Roussel qui nous laissent de bons souvenirs. Cette démarche a fondé une collaboration solide avec Didier Perrotin, directeur qui succède à Gilbert Perrin, au moment où je deviens directrice médicale du CAMSP et du CMPP.
Mars 2020, le confinement lié à une crise sanitaire bouleverse nos fonctionnements. Mais la réactivité des équipes et la disponibilité de chacun a permis d’engager un relais de suivi de tous les enfants qui ne laissait aucune famille sans correspondant hebdomadaire, voire pluri-hebdomadaire via le téléphone.

Plus tard, les visios d’équipe ont offert de premières retrouvailles qui ne pouvaient que nous donner la nostalgie de nos synthèses « à l’ancienne ».

Au long de ces années, la fonction de direction a nécessité de dégager du temps pour travailler des sujets « imposés » au secteur, qui traitaient entre autres, du handicap, de la protection de l’enfance, de l’autisme puis des troubles neurodéveloppementaux, sans cesser de cultiver les liens avec les partenaires institutionnels du Conseil Départemental, de l’éducation nationale, de l’ARS, du CREAI, de l’ANECAMSP et des responsables associatifs PEP. La collaboration avec les collègues médecins hospitaliers de Sens et d’Auxerre, et du CHS s’est également renforcée. »

La maturité pour faire face à de nouveaux défis

En 2021, le CAMSP est riche d’équipes matures tant à Auxerre qu’à Migennes, avec l’expérience d’anciennes et anciens et une jeune génération qui a envie de poursuivre la route. La vie d’équipe est un perpétuel déséquilibre souvent rattrapé qui maintient en mouvement. La synthèse comme les réunions institutionnelles sont les « chaudrons » où cette alchimie s’opère.

A l’heure du bilan avant départ, il reste de véritables défis :
- La protection de l’enfance et ces dispositifs « alternatifs » au placement qui laissent trop d’enfants exposés à des négligences ou des maltraitances
- L’après CAMSP en l’absence de place en SESSAD ou en établissement spécialisé (réduction des places en IME)
- L’école inclusive et la difficile scolarisation des enfants les plus démunis sur le plan développemental
- Les partenariats sans cesse à remettre sur le métier du fait du renouvellement des professionnels : les juges des enfants ; les cadres éducatifs du Conseil Départemental de l'Yonne ; les enseignants référents et les RASED…

Pour relever ces défis, le CAMSP ne sera pas sans ressource. C’est la très grande chance en fin de carrière, de pouvoir transmettre le flambeau à un jeune collègue, neuropédiatre, le Dr Vancleenputte. Pédiatre pour tout le pôle AMA et le SESSAD HM, il devra être soutenu par de nouvelles organisations. C’est l’arrivée ces années dernières, de jeunes collègues psychiatres au CMPP, le Dr Dauvissat et le Dr Zurcher avec lesquelles se construisent une nouvelle articulation entre CAMSP et CMPP. Elles ont de leur côté la responsabilité de mettre en œuvre en CMPP l’évaluation, l’accompagnement et les soins des enfants avec « Troubles Neurodéveloppementaux » dans toute la diversité de leur présentation clinique, alors que ne cesse de croître le nombre de jeunes, de très jeunes et d’ados en souffrance psychoaffective… Enfin c’est la permanence du Dr Bourdon, pédopsychiatre, qui va prendre le relais de la direction médicale du CAMSP et du CMPP, le temps justement de faire face à ces années de mutation. »

Commission Solidaire de la délégation de l'Yonne

Dominique nous a donné le sentiment qu’elle nous délivrait, au-delà de l’histoire de l’équipe CAMSP une expérience d’une riche vie collective, partagée. Mais aussi, en filigrane, de nombreuses actions réflexives, bel exemple des valeurs de solidarité, pour une société inclusive, celles qui ont initié et soutenu cette singulière histoire et qui pourront, nous l’espérons, continuer à l’habiter.

 

Partager l’article
Publié le 15/10/2021

à lire également

Le catalogue séjours automne-noël 2022 est sorti !

Lire la suite

A VOS AGENDAS // 18/11 : Handijob - les compétences au 1er plan

Lire la suite

Projet “Tous Européens, tous ! ”

Lire la suite